Partagez vos nouvelles dans Source et transmettez vos commentaires à Martine Proulx , Vice présidente
par courriel à mproulx@acec.ca.  
Si vous désirez vous abonner à l'infolettre Source cliquez ici.

Article image

Impact de la pandémie de COVID-19 sur l’industrie du génie-conseil

Une récente enquête auprès des membres permet de comprendre comment l'industrie a traversé la crise jusqu'à présent.

Depuis le début de la crise liée à la COVID-19, l'AFGC-Canada a travaillé avec diligence pour soutenir ses entreprises membres. En tant qu'association nationale représentant le secteur, nous avons plaidé auprès du gouvernement fédéral dans l'intérêt de l’industrie dans son ensemble et pour des entreprises comme la vôtre. Notre message au gouvernement a été clair : le secteur du génie-conseil sera au cœur de la reprise économique après la crise de la COVID-19 et le soutien public à notre industrie nous permettra d'être en meilleure position pour contribuer à ces efforts.

Pour étoffer son message, l'AFGC a consulté les dirigeants de ses firmes membres afin de comprendre les divers effets de la crise de COVID-19 sur l'industrie canadienne du génie-conseil. Grâce à une courte enquête, des données en temps réel ont été recueillies afin d’étayer notre position au sujet de la COVID-19 et de brosser un portrait précis des effets de la crise sur notre industrie. Cliquez ici pour consulter tous les résultats du sondage. Vous trouverez aussi un résumé des résultats ci-dessous.

Résumé des résultats du sondage

En tout, près de 50 firmes ont participé au sondage (en français et en anglais) réalisé en mai et juin dernier. La plupart des répondants provenaient d'entreprises de moins de 100 employés, ou de plus de 500 employés, avec des bureaux dans chaque province et territoire. Plus de la moitié des entreprises ayant répondu travaillent principalement sur le marché commercial et la majorité – 77 % des répondants – offre essentiellement des services de planification et de conception.

Dans l'ensemble, les résultats montrent que le secteur du génie-conseil a mieux résisté aux premiers mois de la crise que de nombreux autres secteurs :

- Presque toutes les personnes interrogées ont indiqué que les pertes de recettes prévues en raison de la crise étaient inférieures à 50 %.
- Plus de la moitié des répondants sont quelque peu préoccupés ou inquiets quant à la viabilité à long terme de leur entreprise.
- Si la moitié des participants à l'enquête ont été dans l’obligation de licencier du personnel, ces licenciements ont touché moins de 5 % de l'ensemble des employés.

Le sondage a également porté sur l’incidence des différents programmes d'aide d'urgence du gouvernement fédéral et sur leur efficacité à soutenir les entreprises membres pendant la crise. Les réponses à cette section du sondage montrent qu'un tiers des répondants qui a postulé à des programmes a reçu l’aide demandée; un tiers n’a pas obtenu d’aide et bon nombre n’avaient postulé à aucun programme, mais y songeaient. Une analyse plus poussée des résultats montre ceci :

- De tous les programmes, la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) est celui pour lequel le plus grand nombre de participants à l'enquête se sont qualifiés.
- Parmi les participants qui se sont qualifiés à ce programme, 50 % ont pu éviter les licenciements.
- Près de la moitié des répondants n’ont pas pu bénéficier du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC).
- Plus de 70 % des personnes interrogées n'ont pas pu bénéficier du programme d'Aide d'urgence pour le loyer commercial.

De nombreux participants ont déclaré qu'ils n’étaient pas admissibles au SSUC parce qu’ils ne répondaient pas aux critères du programme relatifs au manque à gagner ou à la période d'admissibilité initiale. 

Interrogés sur le processus de candidature aux programmes, les répondants étaient partagés; beaucoup ont indiqué n’avoir eu aucune difficulté, en particulier pour la SSUC, tandis que d'autres ont exprimé leur frustration face à la complexité du processus de candidature et au temps nécessaire pour le mener à bien.

Enfin, pour ce qui est des aspects sur lesquels l’AFGC devrait se concentrer pour défendre les intérêts de l’industrie pendant la crise de la COVID-19, la grande majorité a répondu qu’il fallait continuer à mettre l’accent sur la nécessité d’investir dans les infrastructures pour stimuler l’économie. De plus, les renseignements recueillis correspondaient à l’expérience des acteurs d’autres secteurs et ont confirmé que les efforts de représentation déployés par l'AFGC pour améliorer l’aide du gouvernement aux entreprises étaient bien ciblés. Par conséquent, l'AFGC a accueilli favorablement l'annonce du ministre des Finances relativement à la prolongation de la SSUC jusqu'à la fin décembre. Ainsi, les firmes qui se sont déjà qualifiées verront leur fardeau allégé et celles qui ne répondaient pas au critère relatif au manque à gagner pendant la première phase du programme pourront présenter une demande.

L'AFGC-Canada continue de plaider pour que les investissements en infrastructures du plan Investir dans le Canada soient accélérés en 2020 et 2021. Cette approche permettra à l'industrie du génie-conseil de conserver sa capacité au cours des prochains mois et de soutenir la reprise économique. En collaboration avec d'autres intervenants de l'industrie, l'AFGC s'assure que ce message est entendu lors de la table ronde sur l’industrie de la construction dirigée par le gouvernement. La question a également été débattue lors d'une table ronde avec le secrétaire parlementaire de la ministre de l’Infrastructure, tenue récemment avec les dirigeants des membres de l'AFGC. 


Ta voix

Vos événements

Votre entreprise

Vos mises à jour