Association Of Consulting Engineering Compagnies|Canada
Search Member Firms
     

 

L’AFGC poussera les questions d’infrastructure et des ressources naturelles vers le nouveau parlement 

 

Dans la foulée de la dernière élection fédérale, l’industrie du génie-conseil franchira 2020 dans l’incertitude et l’espoir. Le gouvernement fédéral s’est engagé à investir considérablement dans les infrastructures publiques et cet engagement devrait être maintenu, même si ces fonds tardent à se manifester. Le gouvernement fédéral reste engagé à l’égard du projet du pipeline de Trans Mountain. Toutefois, des incertitudes demeurent quant à l’avenir d’autres grands projets dans le secteur des ressources naturelles. Et, bien sûr, l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement minoritaire entraîne un certain degré d’incertitude.

L’Association des firmes de génie-conseil – Canada (AFGC) est résolue à travailler avec le gouvernement fédéral et les partis d’opposition pour créer un climat d’affaires et réglementaire qui reconnaît et récompense le secteur du génie-conseil pour ses contributions à la qualité de vie sociale, économique et environnementale du pays. L’AFGC communique déjà avec les parlementaires pour leur présenter l’AFGC, les sensibiliser au rôle important que jouent les firmes de génie-conseil dans leurs collectivités respectives et dans tout le pays et pour leur offrir son expertise en vue de façonner des politiques publiques judicieuses et éclairées.

L’AFGC insiste notamment sur les messages suivants auprès des parlementaires :

 

Donner la priorité aux investissements qui favorisent une économie efficace et durable

En investissant dans les infrastructures, le gouvernement contribue fondamentalement à tous les aspects de notre qualité de vie. Nos infrastructures sont ce qui relie et bonifie nos collectivités. Elles favorisent le commerce et les échanges et protègent notre environnement. Toutefois, il faudrait accorder la priorité aux infrastructures de base qui stimulent la croissance économique, créent des emplois et augmentent l’assiette fiscale. Il est crucial de stimuler l’économie pour investir davantage dans des infrastructures communautaires, sociales et environnementales viables et durables.

 

Investir de façon stratégique dans des programmes d’infrastructure reposant sur des plans de gestion des immobilisations et ne pas se limiter à des projets individuels

Les projets d’infrastructures ne sont pas cloisonnés. Ensemble, les infrastructures sont aussi efficaces que le maillon le plus faible d’une chaîne. Pour obtenir le meilleur rendement possible, il faut adopter une approche stratégique coordonnée pour planifier et investir dans les infrastructures.

Lorsque les municipalités ont un plan de gestion des immobilisations à la fois cossu et réfléchi, l’AFGC estime qu’il faudrait investir globalement dans chaque plan et non pas ponctuellement dans chaque projet. De cette manière, il suffirait d’approuver une seule demande englobant une série de projets stratégiquement liés entre eux, ce qui inciterait les municipalités à élaborer et adopter de tels plans pour guider les décisions en matière d’investissement stratégique.

 

Renforcer l’économie et le commerce grâce à un corridor national d’infrastructures

Le corridor national serait une emprise, établie et approuvée à l’avance, réservée à la construction d’une série d’infrastructures (routes, chemins de fer, pipelines, lignes électriques et de communication). Ce concept s’appuie sur de saines politiques publiques et l’AFGC exhorte le gouvernement à mettre en œuvre bon nombre des recommandations formulées dans un rapport intitulé Corridor national : Améliorer et faciliter le commerce et les échanges intérieurs, publié par le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce en 2017.

Un tel corridor aurait l’avantage de laisser une empreinte géographique et environnementale beaucoup moins grande que l’approche fragmentaire qui est la nôtre en ce moment, car de nombreuses infrastructures y seraient concentrées. Cette formule permettrait également de relier les collectivités du nord, les collectivités éloignées, et les communautés des Premières Nations à des infrastructures essentielles pour l’économie et la qualité de vie, et ce, à moindres frais.

 

Examiner le fardeau réglementaire susceptible de retarder considérablement la réalisation des projets ou d’accroître leur coût

Chaque année, tous les ordres de gouvernement décrètent de nouvelles lois et de nouveaux règlements qui ont une incidence sur tous les aspects d’un projet - de la main-d’œuvre à l’octroi de permis, en passant par les obligations en matière d’accessibilité. Le gouvernement fédéral doit procéder à une analyse rigoureuse des coûts et des bénéfices avant d’adopter un règlement, car il faut s’assurer que les avantages excèdent les coûts.

L’AFGC surveille attentivement l’évolution du projet de loi C-69. Si les objectifs de ce projet de loi sont judicieux, il reste que le climat d’incertitude qui règne actuellement en matière de réglementation pourrait par inadvertance décourager ou retarder la réalisation de projets qui améliorent pourtant l’efficacité et la durabilité de notre économie. Avant de mettre en oeuvre cette loi, l’AFGC recommande au gouvernement d’organiser des consultations auprès des parties intéressées afin de mesurer l’incidence des facteurs qui y sont énumérés et de s’assurer que les exigences sont claires et bien comprises par tous les intervenants.

 

Les ingénieurs-conseils font partie des solutions de lutte contre les changements climatiques

Étant donné sa perspective à la fois scientifique et pragmatique, tout comme elle a été un acteur crucial de la durabilité, l’industrie du génie-conseil est un acteur important de la lutte contre les changements climatiques, notamment au chapitre des stratégies d’atténuation et d’adaptation.

Par exemple, les nouvelles conceptions s’appuient davantage sur les prévisions climatiques que sur l’histoire. Ainsi, pour les projets à venir, nous devrons désormais développer un sens encore plus aigu de l’innovation, faire preuve d’une vigilance accrue en matière de sécurité et de cycle de vie – ce qui signifie des investissements initiaux plus importants pour que l’on puisse composer avec des phénomènes météorologiques de plus en plus extrêmes.

Pour en savoir plus : www.investirinfrastructure.ca