Survol de l'année 2021


Ce fut une autre année bien remplie pour l’équipe de l’AFGC et notre partenaire des relations gouvernementales, Impact Public Affairs. Notre équipe a travaillé fort pour s’assurer que la voix de notre industrie soit entendue par les élus et les hauts fonctionnaires du gouvernement fédéral. Vous trouverez ci-dessous un tour d’horizon de nos activités et des efforts que nous avons déployés au cours de l’année pour le compte de notre industrie et de votre firme.


Investissements opportuns et ciblés dans les infrastructures
Nous avons continué à travailler avec Construire pour la reprise, une coalition d’associations de l’industrie, afin de renforcer la voix de notre secteur sur cette question importante. Dans les premiers mois de 2021, le groupe a sensibilisé activement le gouvernement au fait que l’investissement dans les infrastructures aidera le Canada à sortir plus vigoureux de la pandémie et plus prêt que jamais à relever les défis sociaux et environnementaux qui l’attendent. Nous avons lancé une campagne de lettres électroniques adressées aux députés et signées par nos membres. Cette campagne visait à faire pression sur le gouvernement et les partis d’opposition pour que les projets de construction démarrent et que les investissements en infrastructure se concrétisent enfin. La coalition a également présenté des solutions et des recommandations directement au ministre de l’Infrastructure pour tenter de régler les retards d’investissement. Elle a notamment proposé d’accélérer le financement des programmes par le biais d’un volet de réponse rapide pour tous les types de projets présentés dans le cadre du plan Investir dans le Canada. Ces activités ont été renforcées par un article d’opinion national mettant en évidence les principaux messages de Construire pour la reprise et une annonce pleine page dans The Hill Times, une publication largement lue par les députés et les hauts fonctionnaires politiques et gouvernementaux. Nos efforts ont attiré l’attention d’Infrastructure Canada et du bureau du ministre; l’AFGC a rencontré le bureau du ministre et le sous-ministre adjoint pour discuter des données et des rapports sur les engagements de financement d’infrastructure et les approbations de projets. Les efforts de la coalition ont débouché sur des communications plus fortes et plus ouvertes avec le Ministère. L’AFGC compte bien poursuivre sur cette voie avec le nouveau ministre de l’Infrastructure et des Collectivités et son équipe pendant la nouvelle session parlementaire.

L’AFGC a aussi rencontré directement la ministre de l’Infrastructure de l’époque, Catherine McKenna, et des membres de son équipe à plusieurs occasions pour réitérer la nécessité d’effectuer des investissements ciblés dans l’infrastructure de base afin de générer la capacité économique nécessaire à la concrétisation de certains des objectifs d’infrastructure plus transformateurs du gouvernement. Ces rencontres nous ont également permis d’offrir notre expertise et notre soutien pour aider la ministre à atteindre des objectifs clés de son mandat. Nous avons notamment participé à une consultation sur l’Évaluation nationale des infrastructures. Nous avons aussi souligné les pratiques exemplaires et l’expertise de l’industrie en matière d’infrastructures durables susceptibles de procurer des avantages sociaux, économiques et environnementaux aux Canadiens. 


Consultation au sujet de l’Évaluation nationale des infrastructures
Au printemps et au début de l’été, nous nous sommes concentrés sur la préparation d’un mémoire que nous avons par la suite soumis dans le cadre des consultations du gouvernement sur l’Évaluation nationale des infrastructures, le tout premier exercice du genre au Canada. Nous avons préparé ce mémoire avec l’aide d’un groupe de travail et de la rétroaction de l’Association of Consultancy and Engineering du Royaume-Uni, où une évaluation similaire a été réalisée. Dans ce document, nous insistons sur le fait que l’évaluation devrait s’appuyer sur une vision environnementale et économique intégrée. Nous abordons aussi la question de la gouvernance de l’évaluation, son mandat, sa portée et l’engagement des parties prenantes. Nos principales recommandations sont les suivantes : 

  • Créer une agence nationale des infrastructures, qui serait un organisme permanent et autonome responsable de l’évaluation. Ce modèle profiterait à l’évaluation et permettrait de centraliser les pratiques exemplaires et l’expertise de l’industrie. Cette agence devrait également être dotée d’un mandat définissant clairement ses responsabilités à l’égard de l’Évaluation nationale des infrastructures. Ces responsabilités devraient être exécutées de manière cyclique et comprendre l’élaboration de l’évaluation, les mises à jour régulières, la surveillance et les rapports d’étape de l’évaluation.
     
  • Compte tenu de l’objectif commun de l’Évaluation, qui est de bâtir le Canada que nous voulons avoir en 2050, il est certain qu’il faudra définir soigneusement la portée de cette initiative. Pour aider une telle agence à remplir son mandat, l’évaluation devrait inclure une vision des infrastructures pour les 30 prochaines années, un examen de l’état actuel des infrastructures au Canada et une feuille de route indiquant la direction à suivre au cours des 10 prochaines années. Il faudrait aussi prévoir un cycle constant d’évaluations et d’améliorations pour que le pays puisse atteindre les objectifs qu’il s’est fixés pour 2050 et après dans le domaine des infrastructures.
     
  • Pour élaborer cette vision et ce plan à long terme dans le domaine des infrastructures, le Canada devra procéder à une vaste mobilisation des parties prenantes, à savoir l’industrie, les municipalités, les communautés autochtones et la société civile. Une partie de cette mobilisation se ferait au moment de choisir la composition de l’agence nationale des infrastructures, mais il sera également essentiel de mobiliser ceux qui ne feront pas partie de l’agence elle-même pour s’assurer que toutes les parties intéressées sont consultées.

Consultez le mémoire (en anglais seulemet) présenté par l'AFGC dans le cadre de cette mobilisation

À la fin avril, le président et chef de la direction de l’AFGC, John Gamble, a également participé à une table ronde avec la ministre de l’Infrastructure et des Collectivités afin de discuter de l’Évaluation nationale des infrastructures et du processus de consultation en cours. Ceci a montré jusqu’à quel point l’AFGC est déjà un interlocuteur important dans le cadre de cette initiative. Nous avons alors pu formuler nos premiers commentaires sur l’Évaluation nationale des infrastructures.

Le 29 juillet, le gouvernement fédéral a répondu aux commentaires des différentes parties prenantes par un document intitulé, Tracer la voie vers 2050 : Aller de l’avant avec l’Évaluation nationale des infrastructures. Ce document résume les 310 mémoires qui ont été soumis à Infrastructure Canada dans le cadre de cette consultation, et le gouvernement y répond. Les recommandations faisant particulièrement écho aux nôtres sont les suivantes : 

  • Le gouvernement du Canada devrait créer un organisme consultatif indépendant chargé de réaliser l’Évaluation et de fournir au gouvernement des conseils impartiaux, spécialisés et fondés sur des données probantes. 
     
  • Le gouvernement devrait doter l’organisme d’une vision à long terme et d’un mandat clair. 
     
  • L’organisme consultatif indépendant devrait tirer parti des meilleures pratiques mondiales et travailler en étroite collaboration avec tous les ordres de gouvernement, les communautés autochtones, les investisseurs, les experts, les parties prenantes, l’industrie et les Canadiens en général pour définir les principales lacunes et les domaines de sous-investissement historique.
     
  • L’évaluation devrait inclure un ensemble clair de recommandations relatives aux investissements, y compris des échéanciers et une feuille de route sur les investissements en infrastructure au Canada, et ce, en s’appuyant sur les résultats des travaux de l’organisme consultatif indépendant et sur une compréhension claire de la capacité d’investissement collectif.

Ces recommandations s’alignent sur notre mémoire, ce qui montre que nos commentaires et recommandations ont été entendus et pris en considération dans le contexte de ce premier exercice. Puisque l’élection a été déclenchée quelques semaines après la publication de la réponse du gouvernement, l’AFGC ne manquera pas de relancer le plaidoyer pour l’Évaluation nationale des infrastructures auprès du nouveau gouvernement et de demeurer un partenaire de premier plan pendant les prochaines étapes de l’élaboration de l’évaluation. Notre objectif sera de veiller à ce que cette initiative progresse comme prévu et bénéficie du soutien de tous les partis. 


Énoncé de position sur les changements climatiques
Les firmes de génie-conseil sont des leaders en matière d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation des changements climatiques. Le travail de nos organismes membres et firmes membres est d’une importance cruciale pour l’édification d’un monde plus durable. La durée de vie des infrastructures est longue par nature. Les bâtiments, les routes et les ponts, les systèmes de traitement de l’eau et des eaux usées et d’autres infrastructures techniques doivent être entretenus pendant des décennies. Les décisions que les firmes de génie prennent maintenant auront des conséquences pendant des années.

C’est ce qui a conduit le conseil d’administration à mettre au point et publier un énoncé de position sur les changements climatiques et sur le rôle que jouent nos organismes membres et firmes membres dans l’édification d’un monde plus durable.


Table ronde sur l’industrie de la construction
L’AFGC est fière d’avoir poursuivi ses échanges avec la table ronde sur l’industrie de la construction et avec le gouvernement en général, en collaboration avec les partenaires de l’industrie, pour mettre au point un programme complet de relance économique dans le secteur de la construction. La table ronde, dirigée par Services publics et Approvisionnement Canada, est composée d’un groupe restreint de partenaires de l’industrie, dont l’AFGC. Elle fournit des données pertinentes, des conseils et des recommandations au gouvernement dans le cadre de ses efforts de relance. Les participants à la table ronde comprennent également les secrétaires parlementaires des ministres de l’Emploi et du Développement social Canada, d’Infrastructure Canada et du Travail. Au cours de ces réunions, les représentants de l’industrie et du gouvernement ont discuté d’une foule de sujets : le plan Investir dans le Canada; la consultation sur l’Évaluation nationale des infrastructures; les possibilités de financement pour les métiers spécialisés avec Emploi et Développement social Canada; la perturbation de la chaîne d’approvisionnement et la nécessité de poursuivre les discussions sur le paiement rapide. 


Mémoire prébudgétaire 
Alors que le Comité permanent des finances élaborait son rapport sur les consultations prébudgétaires, notre équipe a rencontré plusieurs membres du Comité pour leur faire part des recommandations que nous leur avions soumises en août 2020. Nous avons également participé à un autre processus de consultation prébudgétaire lancé par le ministre des Finances cette année, qui s’est ajouté au processus parlementaire habituel devant le Comité des finances. Le gouvernement fédéral a organisé des tables rondes virtuelles et a invité les organismes et les particuliers à soumettre leurs commentaires sur le budget par le biais de mémoires et d’un questionnaire en ligne. 

Cette nouvelle occasion de se prononcer sur le budget nous a permis de réviser le mémoire soumis en août 2020 à la lumière de l’évolution rapide de la pandémie. Dans cette nouvelle version, nous mettons en évidence trois grandes recommandations pour le budget 2021 : 

  • Donner la priorité aux investissements qui combleront le déficit d’infrastructure et favoriseront la prospérité économique, la productivité et une reprise stable.
     
  • Adopter des pratiques exemplaires qui assurent la durabilité, l’innovation et les économies liées au cycle de vie des investissements en infrastructure. 
     
  • Rétablir le Guide national pour des infrastructures municipales durables et lui donner un nouvel élan.

Consultez notre soumission prébudgétaire complète de l'AFGC 2021 au ministre des Finances. (en anglais seulement)

Le président de l’AFGC, John Gamble, et la vice-présidente, Martine Proulx, ont effectué un suivi du mémoire de l’AFGC au moyen d’une série de réunions virtuelles avec les membres du gouvernement et de l’opposition siégeant au Comité des finances de la Chambre des communes. M. Gamble et Mme Proulx ont présenté nos recommandations et répondu aux questions du Comité.

Le 19 avril, le ministre des Finances a déposé le budget 2021. L’infrastructure n’était pas une pièce maîtresse de ce budget, mais de nombreux investissements visent à stimuler le développement de l’infrastructure nationale partout au Canada. Par exemple, des fonds sont prévus pour l’exécution de la première évaluation des infrastructures nationales, de même qu’un investissement ponctuel, par l’entremise du Fonds de la taxe sur l’essence du gouvernement fédéral, pour répondre aux priorités en matière d’infrastructure dans les municipalités et les communautés des Premières Nations. En outre, le financement régulier consacré aux municipalités et aux communautés des Premières nations en 2020-2021 sera multiplié par deux grâce au Fonds de la taxe sur l’essence, qui sera d’ailleurs rebaptisé le « Fonds pour le développement des collectivités du Canada ». Le gouvernement fédéral propose également de reconstituer le Fonds national des corridors commerciaux au cours des quatre prochaines années afin de mettre au point des projets liés au transport, ce qui laisse espérer qu’une « emprise » nationale pourrait voir le jour pour améliorer le commerce national et international. 


Présentation au Comité permanent des transports, de l’infrastructure et des collectivités
Au printemps, le président de l’AFGC, John Gamble, a aussi comparu devant le Comité permanent des transports, de l’infrastructure et des collectivités de la Chambre des communes à titre de témoin dans le cadre d’une étude sur les investissements ciblés dans l’infrastructure. L’objectif de l’étude était d’examiner la capacité d’un investissement ciblé dans les infrastructures à influencer les résultats sociaux, économiques et environnementaux et à améliorer la vie des Canadiens - en particulier ceux qui sont mal desservis dans les communautés vulnérables. Le Comité a également étudié le profil socioéconomique des régions où les fonds d’infrastructure ont été versés par le passé et les pratiques exemplaires, tant au Canada qu’à l’étranger, permettant de s’assurer que les investissements dans l’infrastructure atteignent les collectivités qui en ont le plus besoin.

Les remarques de M. Gamble ont montré que les investissements ciblés dans l’infrastructure, basés sur la planification de la gestion des actifs, fournissent la plus grande valeur aux collectivités et que les investissements ciblés sont plus efficaces lorsque nous aidons les collectivités à se développer, à accroître leur capacité et que nous mettons les pratiques exemplaires à leur disposition. Pendant cette comparution, l’AFGC a présenté au Comité les recommandations clés suivantes relativement aux investissements ciblés dans l’infrastructure : 

  • Le gouvernement fédéral devrait trouver un équilibre entre l’investissement dans une infrastructure de base solide et la capacité d’investir dans des projets transformateurs.
     
  • Le gouvernement fédéral devrait créer une série de programmes d’infrastructure qui, pour répondre aux besoins variés des collectivités canadiennes, devront être flexibles et évolutifs. L’AFGC recommande que cela soit fait, en partie, en s’assurant que les critères d’admissibilité se concentrent sur les résultats du projet et que la sélection des projets soit appropriée et proportionnelle à la taille et à la nature du projet.
     
  • Plutôt que de forcer les municipalités et les communautés des Premières Nations à présenter des demandes ponctuelles pour chaque projet d’infrastructure, le gouvernement fédéral devrait favoriser la création et l’exécution de plans solides et réfléchis de gestion des actifs, décrivant les objectifs stratégiques en matière d’infrastructure et les besoins locaux. 
     
  • Le gouvernement fédéral devrait soutenir la croissance de la capacité communautaire en rétablissant et en mettant à jour le Guide national pour des infrastructures municipales durables, aussi connu sous le nom d’InfraGuide, tel que souligné dans le mémoire prébudgétaire de l’AFGC. 

L’enregistrement de la comparution de l’AFGC devant le Comité est disponible ici


Élection fédérale
Pendant l’élection fédérale, une autre activité de représentation importante de l’AFGC en 2021 a été le lancement d’une campagne de sensibilisation, Infrastructure : Concevoir pour prospérer, visant à promouvoir auprès des principaux partis et candidats au pays la nécessité d’adopter une vision économique et environnementale intégrée et solide pour favoriser la relance de l’économie canadienne. Par le biais du microsite Investir dans l’infrastructure, la campagne a permis de partager les messages clés et les priorités électorales de l’AFGC avec tous les partis, de fournir aux membres des informations personnalisées sur les plateformes des partis, et de sensibiliser les candidats et les intervenants à nos priorités par le biais des médias sociaux et de la mobilisation numérique de la base. Le microsite comprenait des informations détaillées sur les priorités et les recommandations stratégiques de l’AFGC, des faits de premier plan sur les avantages de l’investissement dans l’infrastructure, des analyses de la plateforme des partis, des réponses au questionnaire distribué à tous les partis, un outil de contact avec les candidats qui permettait aux membres d’écrire à leurs candidats locaux pour appuyer nos recommandations, et plus d’informations sur l’engagement de l’AFGC auprès du gouvernement et des médias. Au cours de la campagne, 46 lettres ont été envoyées aux candidats locaux et 478 visites ont été enregistrées sur le site Web. 

En faisant connaître notre association et nos priorités à l’échelle locale, et en donnant aux membres la possibilité de s’engager auprès de leurs candidats, nous avons fait en sorte que, pendant toute la durée de cette élection, les partis et leur base soient sensibilisés à l’impact de nos membres sur les collectivités du pays. Ces communications proactives pendant la campagne électorale nous ont permis de jeter les bases de notre travail de représentation auprès du prochain Parlement. En faisant connaître notre association et nos priorités à l’échelle locale, et en donnant aux membres la possibilité de s’engager auprès de leurs candidats, nous avons fait en sorte que, pendant toute la durée de cette élection, les partis et leur base soient sensibilisés à l’impact de nos membres sur les collectivités du pays.

Avec la reprise de la session parlementaire, nous orientons notre stratégie de relations gouvernementales pour nous assurer que les personnes nouvellement placées dans des rôles décisionnels clés après l’élection connaissent l’AFGC et ses priorités. Cela comprend la prise de contact et l’organisation de réunions avec les nouveaux ministres, les ministres du cabinet fantôme et les membres du Parlement siégeant dans les comités pertinents. 


Les changements au processus d’enquête du Programme de sécurité des contrats sont reportés avec succès 
En juin, Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) a annoncé des changements à son Programme de sécurité des contrats. Bien que ces changements visaient à améliorer le processus de sélection des valeurs mobilières fédérales et à réduire l’arriéré actuel des demandes, les nouvelles règles auraient pu rendre difficile la participation des petits consultants et entrepreneurs aux projets gouvernementaux. En collaboration avec ses partenaires de l’industrie, l’Association canadienne de la construction (ACC), le National Trade Contractors Council of Canada (NTCCC) et la Facilities Operations and Maintenance Association of Canada (FOMAC), l’AFGC a agi dès qu’elle a pris connaissance des changements proposés. Nous avons communiqué directement avec la ministre des SPAC pour lui faire part de nos préoccupations non seulement au sujet des répercussions que les changements proposés auraient sur l’industrie, mais aussi sur le fait que les parties intéressées n’avaient pas été suffisamment consultées et que l’industrie n’avait pas assez de temps pour se préparer à ces changements. Notre intervention auprès de la ministre a mené à une table ronde entre des experts de l’AFGC, de l’ACC, du NTCCC et de la FOMAC et de hauts fonctionnaires du gouvernement, au cours de laquelle un délai de mise en œuvre d’un mois a été obtenu. De plus, SPAC a accepté de continuer à rencontrer les associations de l’industrie et a proposé d’adopter une approche progressive afin de pouvoir effectuer des rajustements tenant compte des préoccupations de l’industrie. Des informations sur les changements proposés et le nouveau calendrier sont disponibles ici


Promotion de la sélection basée sur les compétences (SBC)
Nous avons également continué à promouvoir activement l’utilisation de la SBC auprès des clients des secteurs public et privé, en tant que méthode d’approvisionnement de choix pour les services-conseils. 
Aux côtés de nos partenaires, nous avons réussi à convaincre Services publics et Approvisionnement Canada d’utiliser la SBC dans le cadre d’un programme pilote. À ce jour, cinq projets ont été réalisés en s’appuyant sur cette méthode. Nous espérons que ce programme incitera le gouvernement fédéral à utiliser encore davantage la SBC. En partenariat avec Consulting Engineers of Alberta, nous finançons également une étude nationale menée par l’Université de l’Alberta. Cette étude permettra de recueillir des données importantes qui, nous en sommes convaincus, quantifieront les avantages de la SBC et encourageront ainsi d’autres administrations à l’adopter. L’étude finale est prévue pour le début de 2022 et sera transmise aux membres de l’AFGC via notre site Web et notre bulletin d’information.


Prochaines étapes
Un autre gouvernement minoritaire étant au pouvoir, il faudra absolument défendre les intérêts de notre industrie des deux côtés de la Chambre des communes. Notre stratégie de relations gouvernementales continuera à promouvoir et à soutenir des politiques judicieuses qui favorisent une vision économique et environnementale forte et intégrée pour le Canada. Nous vous encourageons à soutenir nos efforts en participant à la journée virtuelle sur la Colline du Parlement prévue en février 2022. Votre participation nous aidera à informer le plus grand nombre possible de députés sur des questions clés en prévision du budget 2022. Nous espérons également vous donner l’occasion de dialoguer directement avec le nouveau ministre des Infrastructures et des Collectivités dans les mois à venir, lors d’un événement virtuel de type assemblée publique. Enfin, nous vous invitons à participer activement à la définition de notre orientation pour les prochaines années. Pour ce faire, dites-nous comment, selon vous, nous pouvons le mieux servir vos firmes et notre industrie. Communiquez avec nous directement ou par l’entremise de vos représentants au conseil d’administration de l’AFGC-Canada.